Le Port

Le port d’Izon est situé sur la rive gauche de la Dordogne.
Depuis de longues années, le port était à l'abandon. En mars 2007, des bénévoles amoureux du port ont souhaité le réhabiliter et sont venus proposer leur aide en mairie.

L'association Les Amis du Port était créée.
Il aura fallu quasiment un an, une bonne dose de volonté et beaucoup « d’huile de coude » pour nettoyer, rendre accessible au public et sécuriser le port.
Le nettoyage des pavés reste toutefois permanent, après chaque marée haute.

La mairie a porté son aide au désenvasement grâce au matériel et personnel communal mis à disposition.
Le coût de la réhabilitation s’élève à aujourd'hui à 85.000 € (achat et pose de gabions, terrassement, électrification).

Un peu d'histoire :
De la même manière qu’il existe des traces de l’époque gallo-romaine sur la commune d’Izon, on trouve des traces d'activité batelière dès l'époque gallo-romaine sur les bords de la Dordogne. On peut donc supposer que le port existait déjà à cette époque.

Il n’existe que très peu d’informations concernant le port d’Izon, seulement quelques anecdotes tirées à partir d’informations sur le port du « Petit Chartron » de Lugon et l’Île du Carney, qui fait face au port d’Izon.

Nous savons que le port d’Izon comme les autres ports secondaires*  situés sur la Dordogne furent de vrais ports de marchandises (bois, pierres, vin, sel, étoffes, huile, poissons, bestiaux) mais aussi de voyageurs.

Le port d’Izon et celui de Lugon et l’Île du Carney furent des ports de transit voyageurs. A partir de 1857 un bac faisait la navette entre les deux ports afin de faciliter l’accès à la station de chemin de fer de St Sulpice-Yzon des personnes habitant les communes voisines de Lugon et l’Île du Carney et notamment celles de Vérac, Périssac, Villegouge, Galgon et Guitres.

La construction du nouveau pont de Cubzac en 1883 sonnera la fin de l’activité du bac entre Izon et Lugon.

Vers 1900-1910 l’activité batelière finissait de s’éteindre avec le développement des routes et l’arrivée du rail. 

* nommés ainsi par rapport aux ports principaux de Bordeaux et Libourne

Envoyer à un ami Imprimer cette page