Le Conseil municipal

Qu'est ce que le conseil municipal ?

Le conseil municipal est l'assemblée délibérante élue de la commune, elle est «chargée de gérer, via ses délibérations, les affaires de la Commune».


Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre, ou sur demande motivée d'au moins un tiers de ses membres.
Le conseil municipal gère la plus petite collectivité territoriale française disposant d'une autonomie juridique et financière, la commune.
Le Conseiller Municipal, a le plus petit mandat d'élu mais constitue le plus grand nombre, à savoir plus de 536 000 élus.


Le 15 Mars 2020, vous avez choisi parmi deux listes, vos représentants pour un mandat de 6 ans. Le 24 mai 2020 a eu lieu l'élection du maire et des adjoints, à cette occasion l'ensemble du conseil municipal élu, ainsi que le maire et ses adjoints ont posé pour la traditionnelle photo ci-dessous.

Pour rencontrer vos adjoints, un planning des permanences a été mis en place, il est consultable auprès du secrétariat de la mairie.
Monsieur le Maire et ses adjoints vous reçoivent sur rendez vous.

Merci de prendre contact à l'accueil de la mairie soit sur place, soit par téléphone au : 05 57 55 45 46

Composition du Conseil Municipal :

Laurent de LAUNAY, Maire.

Brigitte NABET-GIRARD, 1er adjointe, Administration générale, gestion du personnel, coordination de l'action municipale, relations institutionnelles et cohésion sociale.

Thierry DUBREUIL, Adjoint à l'urbanisme, bâtiments, équipements et espaces publics, voirie, réseaux, propreté, espace verts 

Delphine FLOIRAT-RATTE, Adjointe à l'éducation, petite enfance, enfance, jeunesse et restauration collective.

Gilles BOUEY, Adjoint à la vie associative, bénévolat, sport, fêtes et cérémonies.

Audrey COMBIER, Adjointe à la communication, aux relations publiques et aux affaires juridiques.

Joel MASSY, Adjoint à la sécurité civile, tranquilité et salubrité publiques, prévention de la délinquance et protection de l'environnement.

Audrey GABORIAUD-NAFFRICHOUX, Adjointe à la transition écologique, développement durable, valorisation des espaces naturels, participation citoyenne.

Gilles PRUVOST, Adjoint à la culture, loisirs, développement des activités socio-culturelle.

Chantal CARO - Maryse BOUCHÉ - Philippe GIRARD - Anne-Marie SARRAZIN - Serge FLAHAUT - Thierry DIRHEIMER - Régis EMERIAU - Karyn LARGOUET - Arnaud GANNE - Philippe BRARD - Marilyn GUIRIEC - Caroline GLIZE - Virginie VIDORRETA - Clément MEZERGUE - Marie-Hélène CLEMENT - André VEYSSIERE - Aline FONTAINE - Sophie CARRERE - Frédéric MALVILLE - Marc BOISSEAU

*Discours de Monsieur Laurent de Launay lors du Conseil Municipal d’installation du 24 mai 2020*

Chers collègues,

Le 15 mars dernier, les Izonnais, par leurs suffrages, en nous accordant plus de 17 points d’avance (17 !), ont manifesté de façon on ne peut plus claire leur aspiration au changement. C’est avant tout à eux, à ceux qui nous ont fait confiance, à ceux qui m’ont fait confiance que je veux témoigner toute ma gratitude.


Moi qui arrive de très, très loin, de l’île de La Réunion, ce petit grain de riz perdu au milieu de l’océan Indien, moi qui ai des origines un peu bizarres pour nombre d’entre vous, et qui habite Izon depuis à peine une quinzaine d’années, me voilà devenu Maire de la commune.


C’est bien évidemment une immense fierté, un immense honneur – et cela m’oblige. Cette large confiance, ce score net, sans appel, fait peser sur ce conseil municipal, sur notre équipe et sur moi, en particulier, une responsabilité dont nous avons parfaitement conscience. Mille mercis à tous.


Et merci à vous, chers collègues, d’avoir aujourd’hui ponctué cette confiance du peuple izonnais en m’accordant vos suffrages.


Aux Izonnais dont les suffrages ne se sont pas portés sur notre liste, je veux également adresser un message – un message de quiétude, un message de respect, un message de bienveillance.


La nouvelle majorité entend travailler avec le concours des élus de l’opposition. Leurs places seront assurées, leurs paroles seront écoutées et leurs droits seront renforcés. Je ne ferai pas vivre aux élus de la minorité d’aujourd’hui ce que la majorité sortante m’a fait vivre hier.

J’ai la conviction que notre démocratie locale a impérieusement besoin du concours de tous. J’y veillerai donc, avec pour seule boussole la volonté de construire, ensemble, dans la paix et au nom de l’intérêt général.

Je serai un Maire à l’écoute de tous les Izonnais.


Aux élus d’hier, anciens ou pas, et en particulier à ceux qui ont siégé au sein de ce conseil ces six dernières années, je veux également adresser mes remerciements. Par vos engagements au service des Izonnais, par vos regards portés sur mon action en tant

qu’opposant, avec vos convictions, souvent différentes des miennes, vous avez contribué (bien malgré vous, peut-être) à forger l’élu local que je suis devenu. Ces six dernières années ont été pour moi très riches d’enseignements.


Je tiens en particulier à saluer Anne-Marie Roux et son engagement (plus que trentenaire !) au service des Izonnais. Les gens n’ont pas toujours conscience de ce que cela représente, être Maire – une machine à devoir trancher tous les jours, avec son fardeau de responsabilités que l’on porte du matin au soir, 365 jours dans l’année ; une machine à broyer sa vie personnelle si l’on n’y prend pas garde ; une machine qui use, a fortiori dans un contexte budgétaire et réglementaire mouvant et de plus en plus difficile -

une machine à emmerdes, pour tout dire ! - le tout dans une ambiance teintée d’individualisme exacerbé, de violence politique voire de médiocrité politicienne.


Alors, chapeau bas, Madame ! Je tenais à le dire publiquement.


Si nous nous sommes opposés ces six dernières années, parfois avec dureté, je ne peux pas ne pas vous adresser, ce jour si spécial pour vous comme pour moi, tout mon respect.


Je vais vous faire une confidence : il y a quatre ans, j’avais sollicité un entretien avec Philippe Plisson, alors député socialiste du Blayais, afin d’obtenir conseils et soutien pour Izon. Je ne l’avais jamais rencontré. On était seulement liés par une appartenance

politique commune, et j’espérais donc, à ce titre, un accueil chaleureux.

A peine arrivé dans son bureau, Philippe m’avait averti : « Je te préviens, je connais très bien Anne-Marie Roux. Son père a été mon adjoint pendant plusieurs mandats et il incarnait tout ce que l’esprit paysan du Blayais fait de mieux : sens du labeur, fidélité, droiture.

Socialiste, non. Mais Plissonien, il était, oui ! ». J’avais compris le message…

Philippe Plisson m’avait « séché ». Grâce à lui, j’ai toutefois mieux compris ce jour-là qui vous étiez et quelles étaient vos racines. Et cela impose le respect. Tous peuvent être très fiers de vous, Madame. Une fois encore, une dernière fois, merci.


Au rang des ex-élus de ce conseil, je tiens également à remercier les deux élus du RIZ de la mandature passée qui ne sont plus là aujourd’hui.

Mouhamadi Hamada, d’abord, qui va beaucoup me manquer. Si tu m’écoutes, je t’embrasse mon ami !


Et Eric Simon, ensuite, qui a fait le choix de se mettre en fin de liste tout en ayant l’élégance de diriger notre campagne électorale d’une main de maître. Merci Eric. Cette belle victoire, on te la doit en partie. A très bientôt, pour de nouvelles aventures !


Un petit mot à ma famille, si vous permettez, à ceux que j’aime et qui m’aiment, à ma femme et à mes enfants, en particulier, qui supportent mes choix - et Dieu sait combien c’est parfois difficile. Qu’ils sachent que je mesure chaque jour les sacrifices demandés

par le fait de partager le quotidien d’un homme, d’un papa engagé dans la vie de la cité.

Je crois que ce sera encore plus difficile demain. Je m’en excuse sincèrement. C’est là le fruit d’une passion…


Permettez-moi également d’avoir une grosse pensée pour tout le reste de ma grande et belle famille qui est à La Réunion. J’imagine quelle doit être aujourd’hui votre fierté. Sachez qu’elle n’est rien comparativement à celle que je vous porte.

Je vous dois tout ce que je suis. Dîtes-vous bien que, tous les jours, depuis que je suis ici, penser à vous m’aide à tenir et à avancer. N’ayez donc crainte !



Je souhaiterais maintenant dire quelques mots sur le mandat qui s’annonce. Je ne vais pas vous présenter le programme sur lequel nous nous sommes engagés. D’une part, les Izonnais le connaissent et se sont prononcés. Et d’autre part, nous aurons très bientôt

l’occasion de revenir sur ce programme puisque nous allons nous retrouver, à plusieurs reprises, durant les prochaines semaines.


En ce jour d’installation, jour spécial pour chacun d’entre nous, je préfère dire quelques mots sur ce conseil municipal – sur l’esprit dans lequel nous allons travailler en commun (et les Izonnais attendent de nous, élus, que nous nous mettions vite au travail).


Il y a dans ce conseil municipal des élus qui ont l’expérience des conseils municipaux – qui maîtrisent les arcanes d’une municipalité, qui en connaissent les règles de fonctionnement, qui savent lire un budget, qui savent conduire des débats en séance, qui savent se servir des commissions, etc.

Mais il y a également dans ce conseil une majorité d’élus qui siègent aujourd’hui pour la première fois. C’est surtout à ces nouveaux élus que je souhaite m’adresser.


D’abord, je tiens à tous vous féliciter de votre engagement. Je vous en remercie. Vous avez osé vous confronter aux suffrages de vos concitoyens, quelque chose de difficile, et cela seul mérite le respect. Quelle qu’ait été votre réussite (et je m’adresse en particulier aux élus et colistiers d’Au Cœur d’Izon – n’oublions jamais tous nos colistiers), sachez que, par votre engagement, vous avez fait honneur à notre démocratie locale et que les Izonnais vous en sont gré. En vous remerciant, je m’en fais le relais.


Siéger dans un conseil municipal au service de ses concitoyens est un honneur, chers collègues, une responsabilité. Cela n’accorde pas beaucoup de droits mais impose beaucoup de devoirs.

Obligation d’assiduité, bien évidemment, obligation de ponctualité (j’ai été mal habitué !), obligation de participer aux travaux de la municipalité. Mais aussi et surtout obligation de faire vivre, de traduire dans les faits, à notre échelle communale, notre devise républicaine « Liberté, Egalité, Fraternité ». Une devise qui, au fond, nous oblige tout simplement à nous respecter les uns les autres.


- Respect de la liberté des autres, d’abord, de la liberté de parole en particulier.

Je souhaite qu’au sein de notre conseil les choses puissent être dites, et dites librement, car nous représentons ici, collectivement, les Izonnais – et les Izonnais ont bien des choses à dire.


- Respect de la légitimité des autres, ensuite.

Certes, il existe une majorité municipale dans ce conseil, et il faudra la respecter. Mais il n’existe pas dans ce conseil des élus qui seraient moins élus que d’autres. Nous sommes tous, nous incarnons tous une parcelle de la représentativité des Izonnais, ici, au sein de ce conseil municipal. C’est aussi cela l’égalité.


- Le respect des autres passe aussi par le respect des règles qui s’expriment au sein d’un conseil municipal, notamment à travers le règlement intérieur que nous allons élaborer, ensemble, dans les semaines qui viennent. Ces règles sont garantes du bon fonctionnement de notre conseil. Nous devrons être exemplaires et les respecter.


- Enfin, le respect des autres passe également par le respect d’un certain nombre d’usages parmi lesquels la courtoisie, la politesse et, je l’espère, la simplicité et l’humilité.


Sous ces auspices, Chers collègues, forts de ces principes de fonctionnement, je vous souhaite à tous, absolument tous, de vivre votre mandat avec passion, paix et courage.


Nous en aurons tous besoin.


Je vous remercie de votre attention.

Vive Izon, Vive la République, Vive la France !

Envoyer à un ami Imprimer cette page